La vie d’une copropriété

Bienvenue sur mon blog

22
sept 2009
« L’Expo » Picasso – Cézanne touche à sa fin…
Posté dans Au jour le jour par valbo à 12:25 | Commentaires fermés

343.jpgJe suis allée à l’exposition Picasso – Cézanne, Mercredi dernier, en compagnie d’une amie et nous l’avons trouvée très intéressante.

Cette « expo » s’attache à cerner la subtilité des liens qui unissaient ces deux géants de la peinture : influence directe du « père de l’art moderne » sur le jeune artiste arrivant en France en 1900, ou sujet d’une réflexion exprimée dans l’extrême maturité de celui qui se plaisait à rappeler  » J’habite chez Cézanne «  ?

Plus de 110 peintures, dessins, aquarelles, gravures et sculptures, issus de collections internationales, répartis en 4 sections, nous permettent d’approcher au plus près les relations privilégiées qui unissaient les deux artistes et simultanément d’évoquer, dans sa grande richesse et complexité, l’ensemble des périodes de l’oeuvre de l’Espagnol.

Picasso collectionnait Cézanne :

Qu’est-ce que, au fond, un peintre ? C’est un collectionneur qui veut se constituer une collection en faisant lui-même les tableaux qu’il aime chez les autres. Parmi les nombreuses peintures que Picasso possédait dans sa collection, Cézanne tenait une place de choix, par le nombre et l’importance des oeuvres : Vue de l’Estaque, Baigneuses, Château Noir. N’hésitant pas à prononcer un jugement éclairé sur la qualité et l’authenticité de certaines oeuvres de Cézanne, Picasso « jouera » aussi à l’expert.

Si je connais Cézanne ! Il était mon seul et unique maître ! Vous pensez bien que j’ai regardé ses tableaux… J’ai passé des années à les étudier… (Picasso à Brassaï)

Les deux artistes ont manifesté un même goût pour certains sujets : compotier de porcelaine blanche, crâne ou pomme et bien entendu baigneurs et baigneuses, hommes accoudés, fumeurs, femmes assises dans un fauteuil, Arlequin…

Picas19picasso.jpgso acquiert le château de Vauvenargues au pied de la montagne Sainte Victoire et s’y installe de 1959 à 1961. Cette période marque une étape spécifique dans son existence et sa production picturale. Singulière tant dans les couleurs que dans le traitement des formes, elle compte de nombreux chefs-d’oeuvre comme la série des portraits de Jacqueline, celle du buffet Henri II ou des natures mortes…

Il y a également une très belle série de photos prises par David Douglas Duncan (DDD). À 93 ans, l’ex-reporter de guerre am339.jpgéricain expose quelques-uns de ses clichés de Picasso au musée Granet.

Une amitié quasi silencieuse s’était nouée entre les deux artistes.

« On ne parlait ni de guerre, ni d’art. J’étais juste le bienvenu. Entre deux reportages, je passais. »

C’est comme ça qu’un matin, débarquant à Cannes, à la Californie, il trouve la machine à coudre de Jacqueline sur le toit de leur voiture — « On aurait dit des gitans« , s’amuse-t-il — et des déménageurs dans le jardin. « Picasso était assis dans son fauteuil au milieu du salon, les pigeons qui nichaient dans les fenêtres étaient autour de lui, il y avait aussi son dalmatien… C’est là que j’ai appris qu’ils partaient pour Vauvenargues. »  Duncan photographie alors la famille Picasso en train de déménager ses Matisse, Cézanne et autres toiles de maîtres…picassofumeur12446262971.jpg

L’homme à la Pipe vu par les 2 artistes… 

cezannelhomralapipecourtauld12446262391.jpg

 


Fil RSS 2.0. Réponses et trackbacks sont desactivés.

Réponses desactivées.

Une autre vision du monde |
Y'en A Marrrrrre |
rednoize propaganda |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | humanisons la terre
| El Suizo Boludo
| boit du rouge, broie du noir